Déc 18 2013

Compte rendu des négociations

Les négociations se sont terminées le 6 décembre. Encore une fois, il n’a été question pour la direction de négocier réellement !. Outre le fait qu’aucun document ne nous a été transmis avant les séances, qu’il a fallu insister pour obtenir des comptes-rendus des séances précédentes, la direction s’est bornée à nous faire part des décisions qu’elle comptait prendre.

Aucune avancée n’a été possible, c’est même une succession de régressions sociales que la direction compte mettre en œuvre.

 

Contractuels

Les contractuels verront leur temps d’attente s’allonger avant de pouvoir obtenir leur stagiairisation. De plus, ils ne pourraient être stagiairisés que sur des postes vacants identifiés comme tels par la direction.

La direction refuse d’admettre qu’on peut être titulaire sur un poste et être affecté sur un autre. Sauf bien sûr quand ça l’arrange.

Au fait, sommes-nous titulaires de notre poste ou de l’hôpital ?

 

Pour les agents qui bénéficient du dernier accord national de réduction de la précarité (accord signé en 2011 qui prévoit des titularisations à condition d’avoir quatre ans de CDD dont deux avant le 31 mars 2011) il faudra encore attendre et certains seront même exclus sous des prétextes fallacieux. Promotions professionnelles

La direction maintient son projet de choix arbitraire des agents qui seront jugés par elle «  finançables » et non en fonction du classement au concours.

 

Elle a montré encore une fois son refus de négocier comme elle en avait fait la démonstration devant les agents le 12 septembre ce qui les avait particulièrement exaspérés.

 

Peut- on vraiment discuter ?

 

Au cours des discussions, la nature de notre direction s’est à nouveau manifestée. Ainsi , au sujet de la durée maximum de CDD sur postes vacants il a fallu faire lire à la DRH l’article du décret auquel elle se référait et l’amener à terminer sa lecture y compris des phrases qu’elle avait occultées (!?).

 

Qu’on en juge : le décret dit ceci « pour les besoins de continuité du service, les agents contractuels peuvent être recrutés pour faire face à une vacance temporaire d’emploi dans l’attente du recrutement de fonctionnaire. Le contrat est conclu pour une durée déterminée qui ne peut excéder un an.… Sa durée peut être prolongée, dans la limite d’une durée totale de deux ans » fin de la lecture par la DRH. Mais il fallait poursuivre : «, lorsque au terme de la durée fixée…la procédure de recrutement pour pouvoir l’emploi par un fonctionnaire n’a pu aboutir ».

 

 

La durée maximum est bien de 1 an sauf si la direction n’a pas pu recruter, ce qui serait exceptionnel voire impensable dans notre établissement, et non 2 ans comme affirmé par la direction.

 

Mais il a fallu encore rectifier la lecture d’un autre article et remplacer le terme de financement pérenne par activité permanente ce qui n’est pas la même chose !

 

Le directeur des soins a refusé de reconnaître la toute petite avancée faite lors d’une séance précédente et pour laquelle nous attendions une réponse définitive. En effet lors de la précédente séance la direction des soins avait proposé d’accorder le financement des promotions professionnelles en fonction du classement au concours parmi les agents à qui elle aurait donné un avis favorable de financement. Ne sachant que répondre il a affirmé que cette proposition avait été faite pour l’octroi du financement des préparations.

 

Comment peut-on sélectionner des agents pour financer leur préparation après qu’ils aient été reçus au concours ? ! ?

 

Il n’est plus possible devant tant de mauvaise foi de discuter de quoi que ce soit.

Que dire du comité technique d’établissement du 17 décembre pour lequel nous recevons des documents le 11ou le 12 et même le 16 décembre alors qu’il faut 15 jours de délai. En effet, quand on ne veut pas discuter, pourquoi permettre aux organisations syndicales d’émettre des avis et de faire des propositions en toute connaissance de cause.

 

Nous vous informons que les procédures judiciaires à l’encontre des trois secrétaires syndicaux se poursuivent car le procureur a demandé à ce que les 9 autres délégués qui ont négocié le 12 septembre soient auditionnés par la police. Ne faudrait-il pas en toute logique entendre tous les agents qui ont participé à l’action ?

 

Nous ne nous laisserons pas intimider !

Nous ne nous laisserons pas faire !

Nous vous tiendrons informés des suites qu’il conviendra de donner à l’action.

 

Passons de bonnes fêtes et retrouvons-nous à la rentrée.

Si on veut une bonne année, il va falloir se la gagner !

Lien Permanent pour cet article : http://www.cgtchmontauban.info/compte-rendu-des-negociations/

Laisser un commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte

Pin It on Pinterest

Vous avez trouvé cet article intéressant? Partagez le

Shares