Compte-rendu du CHSCT du 4 juin 2013

 

Gestion des effectifs d’été

 

La direction nous a assuré qu’elle avait pris en compte les besoins en personnel répertoriés par l’encadrement pour que 11 jours de congés annuels consécutifs minimums soient accordés sur la période de juillet août. Un tableau des mensualités prévues nous a été remis sur table, cela demandera vérification auprès des services concernés.

 

Nous avons demandé que les agents recrutés en mensualités le soient pour une durée d’un mois minimum, car il faut un temps de formation et d’adaptation pour qu’ils puissent être efficients sur leur poste de travail.

 

La direction nous a objecté que dans un souci « d’action sociale », elle préférait des contrats de 15 jours, elle décide de cette manière de partager la misère.

 

A noter  tout de même, que les contrats de 15 jours ne donnent pas lieu à congés annuels.

 

A chacun sa conception du social !

 

 

 

Les sorties d’écoles de l’IFSI permettront certains renforts de service : 4 agents seraient particulièrement affectés aux urgences et à la psychiatrie à partir du mois d’août, d’autres agents remplaceraient des maladies ou autres absences. La direction n’a évoqué que le cas des 7 agents en promotion professionnelle mais n’a pas annoncé d’autre recrutement.

 

 

 

Dysfonctionnements en psychiatrie

 

La direction se satisfait du fonctionnement actuel et reconnait  tout juste quelques problèmes épisodiques qui devraient être supportés sans trop de difficultés par les personnels.

 

 

 

D’après la direction il n’y aurait pratiquement plus de postes vacants, mais nous ne disposons toujours pas des tableaux de bord par service qui nous permettraient de le vérifier.

 

Nous nous réservons le droit de faire appel à la justice (délit d’entrave) pour obtenir ces documents que nous demandons depuis des mois.

 

 

 

Nous ne voyons pas la situation de la même manière :

 

 

 

·        Les effectifs minimums requis ne sont pas atteints en raison de la non- compensation des temps partiels, du non-remplacement des arrêts y compris ceux de longue durée.

 

·        Les postes en «  J » sont une variable d’ajustement systématique.

 

·        Mobilité à outrance des personnels : on ne connaît plus les patients et les patients ne nous connaissent plus: où sont la qualité des soins et l’alliance thérapeutique ? Où est le cadre contenant et rassurant pour les patients ?

 

Les personnels ne sont plus que des croix que l’on met dans des cases.

 

·        Les cadres de santé servent de volant de remplacement infirmiers, sont baladés d’un service à l’autre au détriment de leur projet professionnel et de la dynamique d’équipe.

 

·        Il est fait appel de plus en plus fréquemment à l’extra hospitalier : qu’en est-il du respect des activités, des rendez-vous et du projet de soins ?

 

·        Les services ont eu beau adopter des déroulements en «1 week-end sur 2 », quelle est la réalité de leur application ?

 

·        Le  renfort «  pôle de nuit » devient aléatoire : où est la sécurité ?

 

·        En psychiatrie infanto juvénile il y a même eu des suspensions de prises en charge d’enfants en raison du manque d’effectifs : où est la mission de service public ? La direction n’a  répondu que par le silence…

 

 

 

À part  ça, tout va bien !

 

 

 

ASH en psychiatrie.

 

Dans les nouvelles unités de psychiatrie, la direction envisage qu’il y ait un gain de temps pour l’entretien des locaux pour plusieurs raisons : regroupement des structures sur un même bâtiment, possibilité de mécanisation du nettoyage, mutualisation des équipes.

 

Un projet a été élaboré par l’encadrement, nous n’en avons pas eu connaissance. Il a été rejeté par la direction qui exige la même méthodologie que pour l’hôpital général. Elle nie ainsi la spécificité du rôle de l’ASH en psychiatrie.

 

 On ne peut pourtant pas occulter l’importance de l’aspect relationnel avec les patients atteints de pathologies mentales. Cela nécessite une certaine approche, une certaine conception du travail d’équipe qui est indissociable de l’entretien des locaux.

 

Pour la direction, seul compte l’aspect financier.

 

 

 

Décidément il ne reste plus que les soignants de terrain pour défendre la psychiatrie.

 

 

 

 

 

 

 

Rappel :

 

 

 

 

Nous appelons, avec les autres organisations syndicales à une

 

Assemblée générale

Des personnels de psychiatrie

 

Le 13 juin à 14 heures 30

Salle commune des syndicats.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Enquête blanchisserie.

 

Les travaux dans la pièce de pliage du «  linge résident » pourront débuter avant le mois de septembre selon la direction. Nous rappelons qu’en commission de travaux, nous avons demandé l’installation d’un système de refroidissement pour les périodes de grande chaleur.

 

Tous les agents seront équipés de bouchons d’oreilles thermoformées, l’opiniâtreté du CHSCT aura fini par payer.

 

Une étude sera faite par des élèves ingénieurs sur les troubles musculo squelettiques. Elle concernera les postes de travail de la grande calandre (repasseuse sécheuse) et du tunnel de finition (tenue du personnel, chemise malade)

 

 

 

UIPPCV

 

Suite à notre signalement, les fenêtres du deuxième étage seront sécurisées dans les plus brefs délais.

 

 

 

Médecine du travail

 

La direction nous a annoncé que le recrutement d’un nouveau médecin du travail n’était toujours pas finalisé.

 

L’absence d’un médecin ne permet pas à ce service de remplir de façon satisfaisante sa mission auprès des agents. Il devient urgent de régler ce problème !

 

 

 

Stérilisation

 

L’augmentation de l’activité du bloc opératoire entraîne une augmentation significative de la charge de travail, y compris jusqu’au samedi où les effectifs sont pourtant restreints.

 

Se pose aussi la question de la polyvalence de l’ensemble des agents. Nous avons demandé que soit établi un plan de formation permettant d’atteindre cet objectif dans les meilleurs délais. Nous avons insisté pour que les agents soient titularisés et obtiennent le grade qui correspond à leurs qualifications. Ces questions seront inscrites à l’ordre du jour du prochain CTE.

 

D’autre part, 2 agents de la stérilisation en C.A.E ont été recrutés en CDD sur des postes qui se sont libérés. Il conviendrait donc d’effectuer des recrutements pour pourvoir les postes qu’ils occupaient précédemment.

 

La direction a délégué bon nombre de personnes pour réfléchir à ces questions, mais pour nous ,il s’agit davantage de volonté d’accorder des moyens pour que ce service réponde de façon satisfaisante aux besoins du bloc opératoire.

 

 

 

Urgences

 

Suite à notre passage aux urgences dans le cadre d’une enquête sur un accident de travail nous avons été informés que certains agents travaillent jusqu’à 60 heures sur une période de 7 jours. Nous avons rappelé à la direction que la réglementation précise que la durée du temps de travail ne doit pas dépasser 48 heures sur une période de 7 jours. Il appartient à la direction de faire en sorte que la réglementation soit respectée.

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Lien Permanent pour cet article : http://www.cgtchmontauban.info/compte-rendu-du-chsct-du-4-juin-2013/

Laisser un commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte

Pin It on Pinterest

Vous avez trouvé cet article intéressant? Partagez le

Shares