«

»

Mar 19 2013

Imprimer ce Article

Compte rendu du CTE du 15 mars 2013

 

Respect de l’accord « stagiairisation »

Nous avons dénoncé la décision prise par la direction de retarder les stagiairisations. (Voir tract : lettre ouverte).

Rappelons que l’accord prévoyait pour les IDE 12 mois et pour les aides-soignantes 20 mois de CDD avant leur stagiairisation.

Le directeur a reconnu que la façon de procéder (décision sans information ni concertation avec les organisations syndicales) n’était pas bonne. Pour autant, il maintient sa décision. Il a précisé que les délais seraient rallongés de 6 mois.

Cette décision a été prise en vue de résorber le déficit de 3,2 millions d’euros de l’établissement. L’économie escomptée serait avec cette mesure de 50 000 €.

 

La direction renie sa parole, va à l’encontre du principe du pacte de confiance prônée par le gouvernement, prend le risque de se priver de recrutement voire de constater des défections pour résorber 1,5 % du déficit !!!

 

Nous informerons le ministère, la tutelle, la députée de Montauban de cette situation, il faudra bien que chacun prenne ses responsabilités.

 

Finances

Nous avons demandé l’étude des comptes pôle par pôle afin de mieux appréhender l’origine des déficits et d’y apporter éventuellement des solutions.

Les comptes nous ont été présentés pour 2010 et 2011. Pour 2012 nous n’avons pas les chiffres, mais les difficultés sont du même ordre et sont amplifiées pour des raisons particulières.

La direction n’a pas besoin d’analyser les chiffres pour décider que les économies se feraient sur le dos des personnels.

Les comptes montrent des déficits importants dans certains pôles

 

  • ØUn déficit important et croissant sur le pôle mère enfant dû principalement au manque de financement de la pédiatrie (pour lequel on ne peut pas réduire les effectifs compte tenu des normes obligatoires.)
  • ØEn réanimation pour les mêmes raisons que la pédiatrie et probablement un surdimensionnement du service.
  • ØLes urgences par sous-dotation de l’assurance maladie. Il est impossible de financer ce service avec des tarifs aussi faibles.
  • ØLes consultations, car nombre d’appels sont perdus et les délais d’attente pour obtenir un rendez-vous sont souvent trop longs et découragent les usagers.

 

Comment imaginer réduire le déficit si on ne résout pas ces problèmes là ? En quoi les agents sont-ils responsables de ces difficultés ? C’est pourtant sur eux que la direction a décidé d’opérer les restrictions.

En fait nous serions soumis à la triple peine : gel des salaires, précarité, baisse des effectifs. Ce genre de solution est sans limite et nous mène de régression en régression.

 

Jours dus

Après le refus de les rémunérer en 2012, leur paiement en 2013 est plus qu’improbable. Leur total cumulé est évalué à 57 000 heures soit 32 équivalents temps pleins. C’est du travail gratuit imposé. Et la direction trouve encore qu’on lui coûte trop cher !

 

Évaluation, notation des agents.

L’évaluation des personnels se fait en dehors de toute réglementation. On assiste à tout et n’importe quoi :

 

  • ØLes critères réglementaires ne sont pas respectés
  • ØLes notateurs ne sont pas toujours ceux qui devraient noter (seul le supérieur hiérarchique direct doit le faire).
  • ØSeul le travail devrait être apprécié et non la personne.
  • ØLes délais ne sont pas respectés, empêchant ainsi les agents d’exercer leur droit de recours.

 

Nous avons demandé la réunion d’une commission administrative paritaire plénière pour discuter de tout cela.

 

Promotion professionnelle

Comme nous le craignions ce ne sont pas les premiers classés aux concours qui seront financés, la direction des soins et la DRH ont fait preuve d’une mauvaise foi exceptionnelle pour justifier l’injustifiable.

 

Concours

La direction a présenté la liste des concours prévus en 2013, il est à noter que un bon nombre d’entre eux sont en fait des reports de 2012 .Examinerons-nous en 2014 les reports de 2013 ?

La direction prévoit : 5 cadres infirmiers, 2 ingénieurs, 2 techniciens supérieurs hospitaliers, 2 techniciens hospitaliers, 1 adjoint des cadres, 1 préparateur en pharmacie, 1 manipulateur radio, 3 assistants socio-éducatifs (éducateurs spécialisés), 1 IBODE, 7 assistants médicaux administratifs pour la régulation médicale, 6 secrétaires médicales. Pour les adjoints administratifs, leur nombre sera fixé après l’organisation de concours de secrétaire médicale.

Il est à noter qu’il peut y avoir des listes complémentaires avec autant de nominations possibles que le nombre initial de place (6 secrétaires médicales peuvent donner lieu à 12 nominations). Nous avons demandé de rajouter un concours pour 5 maîtres ouvriers ainsi que 1 adjoint des cadres supplémentaire.

De nombreux agents attendent ces concours pour pouvoir être stagiairisés il est plus que temps de reconnaître les qualifications acquises et même exercées dans l’établissement.

 

Volant de remplacement (SICS)

Les SICS sont employés à plein et ne permettent pas de tout remplacer notamment les arrêts de courte durée. Ce sont les agents qui reviennent sur les repos et c’est encore sur eux qu’on va faire des économies.

 

Activités thérapeutiques

Nous avons demandé de privilégier dans les dotations les régies d’avances (fournitures pour les activités) plutôt que le budget de fonctionnement (matériel ou activités faites par des prestataires) cela donnerait plus de souplesse et éviterait de nombreux dysfonctionnements (retards dans l’exécution des budgets). La direction souhaite que les dépenses de régie représentent au plus 60 % mais pour cela nous avons demandé que l’hôpital de jour de Moissac ne soit pas compté dans cette répartition.

Nous avons demandé que les activités sportives soient financées avec un budget supplémentaire et non prélevé sur le budget général des activités thérapeutiques.

 

Blanchisserie

Nous avons remis la pétition signée par la quasi-totalité des agents demandant une meilleure répartition des congés et l’octroi de moyens de remplacements supplémentaires.

Nous constatons que les personnels ne sont pas en nombre suffisant pour remplir l’ensemble des postes de travail. Trop souvent, l’encadrement du service est amené à suppléer ce manque de personnel en participant directement à la production.

Nous avons suggéré qu’on puisse recruter des agents en contrat avenir pour améliorer la situation des effectifs tout en offrant une perspective de diplômes et d’emploi aux agents ainsi recrutés.

La direction refuse tout recours aux contrats avenir et semble se contenter du fonctionnement actuel. (À suivre)

 

Cuisine

L’étude des plannings que nous nous sommes procurés montre qu’il manque 480 jours de travail dans l’année. La direction reconnaît seulement qu’il manque un demi-agent. La directrice adjointe chargée de la cuisine doit vérifier notre étude il est plus que temps de remédier à ces difficultés.

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.cgtchmontauban.info/compte-rendu-du-cte-du-15-mars-2013/

Laisser un commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte

Pin It on Pinterest

Vous avez trouvé cet article intéressant? Partagez le

Shares