La présidente du conseil de surveillance résout le problème du stationnement

Enfin une réponse énergique, pleine d’autorité, d’efficacité, pour résoudre le problème du stationnement accessible à tous !

Non, ce n’est pas pour l’hôpital dont elle est pourtant présidente du conseil de surveillance que Madame Barèges a déployé tant d’imagination mais pour la clinique du Pont de chaume.

Rappelons tout de même, que la mairie est propriétaire du terrain de l’arsenal qui jouxte l’hôpital et que l’association des usagers avait proposé de l’utiliser pour lieu de stationnement. Rappelons qu’il existait une navette entre Eurythmie et le centre hospitalier et qu’elle vient d’être supprimée par la direction de l’établissement qui aurait peut-être changé d’avis si la Mairesse avait proposé de payer cette navette mais là : panne d’imagination

 

L’imagination se nourrit de l’inspiration, elle est d’autant plus féconde qu’elle trouve ses racines au plus profond des motivations de l’artiste.

 

Alors la ! C’est du grand art !

 

Pour tenter de briser un mouvement de lutte tout devient possible : verbalisation des véhicules garés sur le trottoir et navette gratuite mise à disposition pour se rendre à la clinique qui pourtant n’est pas bloquée.

Les salariés du pont de chaume luttent pour la qualité des soins, pour l’amélioration de leurs conditions de travail et pour une juste reconnaissance de leur qualification et de l’imagination dont ils font preuve tous les jours pour répondre toujours mieux aux besoins des patients avec toujours moins de moyens et toujours moins de temps à leur consacrer.

Aujourd’hui ils sont en grève, 150 personnels environ dont la plupart sont des soignants qui ont cessé le travail en vertu du droit de grève.

Leur direction fait elle aussi preuve d’imagination pour porter atteinte à ce droit.

Réquisitions abusives, appel à de l’intérim pour remplacer des grévistes ce qui est illégal, fonctionnement de service avec moins que le minimum nécessaire pour assurer la sécurité, maintien des patients hospitalisés alors qu’ils seraient transférables…

À force de courtiser le côté extrême de son camp, la Mairesse de notre ville a oublié de se centrer sur les vrais droits à défendre.

Oui il faut faire respecter le droit, le droit de lutter, le droit de grève pour le droit de vivre dignement, pour le droit d’être bien soigné quelles que soient ses conditions de vie, ses origines ou ses ressources.

Le combat des salariés du pont de chaume est aussi notre combat, nous appelons les agents du centre hospitalier à leur apporter tout leur soutien.

Lien Permanent pour cet article : http://www.cgtchmontauban.info/la-presidente-du-conseil-de-surveillance-resout-le-probleme-du-stationnement/

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte

Pin It on Pinterest

Vous avez trouvé cet article intéressant? Partagez le

Shares