Nov 13 2013

L’austérité nuit gravement à la santé

Partout en France, les luttes se multiplient dans les hôpitaux et les établissements sociaux, elles sont la conséquence de la même politique mise en œuvre par les gouvernements successifs.

 

La tarification à l’activité asphyxie financièrement les établissements de santé et au bout du compte, c’est le service public de santé qui ne peut répondre aux besoins des populations.

 

L’exemple des urgences est particulièrement significatif :

  • En 1988, 3000 services d’urgence ont réalisé 9 millions de passages,
  • En 2013, il ne reste plus que 690 services d’urgence pour accueillir 18 millions de passages.

Les gouvernements, refusant d’accorder des moyens supplémentaires, ne parlent que de réorganisation, de rationalisation, ils l’ont fait et le résultat est là!

 

Ces services sont engorgés, le temps d’attente ne cesse de se rallonger, tant pour être pris en charge; que pour être accueilli dans un service correspondant à sa pathologie. Ces restructurations aveugles qui ont engendré une dégradation des conditions de prise en charge, un éloignement  des lieux de soins pour les patients et une surcharge de travail pour les personnels, n’ont même pas atteint leur objectif de rééquilibrer les comptes.

 

À l’hôpital de Montauban nous n’échappons pas à cette logique. Les chiffres nous ont enfin été donnés par la direction :

Pour l’année 2012 (année de «création» du déficit) le déficit du service des urgences atteint la somme de 1 950 000 €. Il s’est creusé de 950 000 € en un an, pour une activité équivalente. Qui peut dire qu’il y a trop de personnels aux urgences, que les équipements sont trop importants ou que l’activité est insuffisante ?

Une seule raison à ce déficit : les dotations budgétaires ne sont pas à la hauteur des besoins.

 

La direction de l’hôpital de Moissac a annoncé qu’elle envisageait la fermeture du service des urgences la nuit. Voilà à quoi conduit cette politique qui privilégie les considérations financières au détriment de la sécurité et de la santé des populations.

 

De nombreux services sont dans cette situation, nous devons refuser de nous laisser enfermer dans cet engrenage de restriction des moyens alors qu’il faudrait au contraire améliorer le service public.

 

 

Au nom de l’ensemble des organisations syndicales nous avons fait adopter par le conseil de surveillance une motion qui vise à obtenir les moyens nécessaires pour que l’hôpital réponde aux besoins de la population de notre département. Cette motion exige :

  • Une réévaluation significative de l’objectif national des dépenses d’assurance maladie. Nous ne pouvons pas faire en 2014 avec moins de moyens qu’en 2013.
  • Une compensation financière pour faire face à nos dépenses d’intérim médical dans l’attente qu’une solution durable soit trouvée (augmentation du nombre de médecins).
  • Une réévaluation des dotations pour la psychiatrie et les urgences. Il est inacceptable que nous soyons sous dotés par rapport aux autres établissements de la région.
  • Un soutien financier pour faire face à une concurrence exacerbée du secteur privé. Il bénéficie des activités les plus lucratives et peut choisir ses patients alors que nous devons assurer les activités les moins bien rémunérées par l’assurance maladie et devons répondre à toutes les situations.
  • La considération que la démographie de notre département est en forte progression avec une proportion de personnes en situation de précarité particulièrement importante.

 

Ce n’est pas une motion pour se donner bonne conscience, elle pose les problèmes comme ils doivent l’être.

 

Le 18 novembre nous défendrons cette motion devant l’ARS. Nous invitons ceux qui l’ont adoptée en conseil de surveillance à faire de même.

 

Le 19 novembre des rassemblements auront lieu devant toutes les ARS de France.

 

A Montauban, à l’appel de toutes les organisations syndicales et de l’assemblée générale, nous appelons à manifester devant la délégation départementale.

 

 

RASSEMBLEMENT

MARDI 19 NOVEMBRE 15 Heures devant l’ARS

140 avenue Marcel Unal

Cité agricole, entre la clinique du pont de chaumes et la médiathèque

Lien Permanent pour cet article : http://www.cgtchmontauban.info/lausterite-nuit-gravement-a-la-sante/

Laisser un commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte

Pin It on Pinterest

Vous avez trouvé cet article intéressant? Partagez le

Shares