«

»

Jan 19 2013

Imprimer ce Article

CGT HOPITAL MONTAUBAN: Lettre ouverte à Madame la Ministre de la Santé jour de carence

 

Lettre inspirée de témoignages et chiffres évalués au regard des données de notre établissement.arton660

 

Madame,

 

Je suis un agent hospitalier et suis actuellement grippé. En effet, il arrive souvent aux personnels hospitaliers de contracter des maladies en étant au contact des malades.

J’ai décidé de ne pas m’arrêter de travailler bien que mon médecin traitant m’ait conseillé cinq jours de congé maladie, car j’ai fait mes comptes.

  • Le jour de carence me coûterait 60 € :
  • La prime de service serait amputée d’environ 120 € au titre de la non attribution de la surprime versée aux agents qui n’ont aucune absence.
  • 30 € au titre du 1/240 ème pour chaque jour d’arrêt maladie soit en l’occurrence cinq jours :

 

Ce qui ferait un total d’environ 210 €.

 

Vous comprendrez sûrement qu’avec mon salaire net de 1300 € bloqués pendant trois ans j’ai fait ce choix qui n’en est pas vraiment un.

 

Étant grippé, malgré les précautions que je prends, je suis convaincu que j’ai contribué par des éternuements inévitables à propager mon virus dans l’établissement, infectant ainsi mes collègues mais aussi des patients qui n’ont pourtant pas besoin de cela.

Je ne pense pas avoir commis d’erreur malgré mon état de fatigue mais je suis bien conscient d’avoir pris des risques.

 

J’ai vu dernièrement que la fédération hospitalière de France (« association » des directeurs d’hôpitaux) se prononçait pour le maintien du jour de carence, car cela avait fait économiser 0,17 % de la masse salariale :

 

La belle affaire !!

 

  • Ont-ils évalué le prix de la propagation des épidémies et de l’aggravation des pathologies si on ne s’arrête pas à temps ? Je pense tout particulièrement aux troubles musculo squelettiques pour lesquels il faut savoir prendre du repos sans tarder et qui, bien que fréquemment contractés en service, ne sont pourtant pas reconnus comme maladies imputables au service.
  • Ont-ils évalué le prix des risques pris par les agents et de leur souffrance étant au travail et eux-mêmes malades ?

 

J’en doute fort !!

Là encore on voit bien les dégâts causés par cette logique qui consiste à privilégier des considérations financières au détriment de l’exigence de la qualité des soins qui devrait caractériser le service public de santé. (Je suis bien conscient d’y avoir moi-même cédé en ne prenant pas la décision qui aurait dû s’imposer à savoir : écouter mon médecin traitant. Mais moi au moins, je ne vante pas les mérites du jour de carence.)

 

Dans le nom « Directeur d’hôpital » il y a le mot « hôpital » cela devrait sous-entendre qu’ils doivent s’occuper de façon privilégiée de l’intérêt des patients mais aussi des personnels qui les soignent. Quand on sait qu’un ancien directeur de supermarchés a pu devenir directeur d’Agence Régionale de Santé on ne s’étonne plus de rien !!

 

Vous allez dans un proche avenir avoir à vous prononcer sur le maintien du jour de carence, j’espère que pour prendre la décision la plus judicieuse dans l’intérêt de tous, vous penserez à la situation que je vous ai décrite qui est partagée par nombre de mes collègues et que vous penserez que dans le nom de « Ministre de la Santé » il y a le mot santé.

 

Vous priant de bien vouloir m’excuser auprès des patients que je n’ai pas pris en charge dans les meilleures conditions qui leur sont dues, veuillez agréer Madame la ministre l’expression de mes salutations respectueuses.

 

Pour la CGT de l’hôpital de Montauban , le secrétaire :

Y.Petitou

Lien Permanent pour cet article : http://www.cgtchmontauban.info/lettre-ouverte-a-madame-la-ministre-de-la-sante-jour-de-carence/

Laisser un commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte

Pin It on Pinterest

Vous avez trouvé cet article intéressant? Partagez le

Shares