Mar 20 2013

Lettre ouverte à Madame la Ministre des Affaires Sociales

Madame la ministre,

Nous avons accueilli avec intérêt votre démarche en vue d’établir un pacte de confiance à l’hôpital public. Mais au moment où est publié le rapport de Monsieur Couty à ce sujet, notre direction en donne une illustration toute singulière dans notre établissement.

 

  • Ø Pendant deux ans, la direction avait consacré une enveloppe financière pour rémunérer 20 % des jours de travail supplémentaires effectués par les agents. Nous avons travaillé ces jours là pour répondre aux besoins des services en supplément de notre temps de travail, sacrifiant ainsi notre repos et notre vie familiale. Nous les rémunérer à hauteur de 20 % témoignait d’un minimum de reconnaissance. Aujourd’hui la direction nous annonce en comité technique d’établissement qu’elle ne pourra plus le faire.

 

  • Ø Depuis 2009, nous avons un accord prévoyant des mises en stage au bout d’un maximum de 12 mois pour les infirmières et 20 mois pour les aides-soignantes en CDD. Cet accord avait fait l’objet d’une négociation pour aboutir à ce compromis.

Nous avons appris la dénonciation de fait de cet accord par les agents, sans information, sans préavis, sans proposition d’en discuter ni avec les agents eux-mêmes qui avaient été recrutés en connaissant cet accord ni avec les organisations syndicales toutes signataires.

 

  • Ø Enfin, à plusieurs reprises la CGT a fait des propositions pour mettre en place des contrats avenir. Sur des postes d’hôtellerie assorti d’une formation au métier d’aide à la personne, au nettoyage des nouveaux locaux de psychiatrie car la surface est multipliée par deux avec une formation au métier de l’hygiène puis à la blanchisserie où des tâches ne sont pas effectuées faute de personnel, avec une formation au métier de blanchisseur.

À chacune de ces propositions la direction a refusé, sans jamais proposer quoi que ce soit d’autre pour accueillir les contrats avenir.

 

Les difficultés financières de l’hôpital ne peuvent pas tout expliquer. Rien ne justifie de renier ses engagements. En effet l’économie escomptée en retardant les mises en stage représente 1,5% du déficit. Rappelons que ces postes sont vacants et devraient être pourvus par des stagiaires.

Que peut justifier une opposition systématique aux possibilités de recrutement d’agents en contrat avenir, alors qu’ils peuvent être assortis de formations qualifiantes, alors qu’ils n’engendrent qu’une faible dépense supportée par l’hôpital et qu’ils répondent à un réel besoin ?

 

Nous vous demandons de bien vouloir user de vos prérogatives afin que soient mises en adéquation votre intention de renouer le dialogue social affichée dans le pacte de confiance et les pratiques de notre direction.

 

Veuillez agréer Madame la ministre nos sincères salutations.

Pour la CGT,le secrétaire :

 

Y.Petitou

Secrétaire de la CGT de l’hôpital de Montauban

Lien Permanent pour cet article : http://www.cgtchmontauban.info/lettre-ouverte-a-madame-la-ministre-des-affaires-sociales/

Laisser un commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte

Pin It on Pinterest

Vous avez trouvé cet article intéressant? Partagez le

Shares