Juil 05 2012

Pendant que la cour décompte…

 

La Cour des Comptes a publié son rapport sur l’état des finances de la nation.

Elle a fait des recommandations pour atteindre l’objectif fixé par le pacte de stabilité signée par Sarkozy Merkel que s’apprête maintenant à ratifier le nouveau Parlement.

Tout se passerait donc comme si on avait changé de président mais pas d’orientations économiques.

 En effet, le plan de croissance : condition exigée pour que le gouvernement ratifie le pacte de stabilité ne représente qu’ un investissement supplémentaire de 0,5 % du PIB de l’Europe. Qui peut croire qu’avec ça l’économie va redémarrer ?

 En outre, ce même pacte prévoit une privatisation accrue du gaz, de l’électricité, des transports, de l’eau dont on mesure déjà les conséquences.

Au bout du compte, la croissance ne serait réservée qu’ aux profits des compagnies privées qui exercent dans ces domaines d’activité.

Ce même pacte prévoit aussi une modération salariale, un renforcement des taxes dites vertes et à la consommation (TVA) et une nouvelle réforme des retraites puisque les dernières ne suffisent pas.

Nous comptons pas sur les médias dominants pour informer les populations sur la réalité du pacte « Merkozy. » et pour préciser que le rapport de la Cour des Comptes admet comme principe de départ le respect de ce même pacte.

 Pourtant, pour relever les comptes de la France d’autres voies sont possibles :

  • Réduire la fraude fiscale qui représente entre 25 et 50 milliards d’euros mais pour cela il faudrait recruter des fonctionnaires au ministère des finances.
  • Mettre fin à l’évasion fiscale en imposant tout citoyen français quel que soit son lieu de résidence. Cela rapporterait de 30 à 50 milliards d’euros.
  • Supprimer les niches fiscales (70 milliards d’euros) qui bénéficient aux plus aisés.
  • Lutter contre les fraudes aux cotisations sociales soit 8 à 16 milliards d’euros.
  • Taxer les grandes entreprises comme les PME à 30 %.alors que les entreprises du CAC 40 sont taxées à 8 % en moyenne
  • Donnons enfin à la Banque Centrale Européenne le pouvoir de prêter directement aux états sans passer par les banques qui prélèvent au passage des intérêts exorbitants :48 milliards d’euros

 Les mesures à prendre pour rétablir les comptes publics ne manquent pas. Elles doivent être justes, et efficaces pour la croissance.

 

Ce qui manque c’est la volonté politique d’affronter le monde de la finance autrement que dans les discours.

C’est dans ce contexte que s’ouvre la conférence sociale qui doit fixer le calendrier et les axes de discussion sur : l’emploi, la formation, les salaires, les conditions de travail, la politique industrielle, la retraite, la protection sociale et la fonction publique.

 

Pendant que la cour des comptables au service des dominants décompte le nombre de fonctionnaires à supprimer, les salaires à diminuer, les prestations sociales à restreindre nous ne pouvons que compter sur nous-mêmes, compter sur notre mobilisation pour que le progrès social soit lui, enfin pris en compte.

 

 

Lien Permanent pour cet article : http://www.cgtchmontauban.info/pendant-que-la-cour-decompte/

Laisser un commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte

Pin It on Pinterest

Vous avez trouvé cet article intéressant? Partagez le

Shares