Avr 16 2013

Tarbes. La fièvre monte à l’hôpital

Christian Dutrey, délégué CGT : «Les personnels sont épuisés, fatigués, ils veulent entrer dans l'action»./Photo Joël Boyé.

Christian Dutrey, délégué CGT : «Les personnels sont épuisés, fatigués, ils veulent entrer dans l’action»./Photo Joël Boyé.

Le syndicat CGT des hôpitaux de Tarbes et Lourdes a déposé un préavis de grève pour le jeudi 16 mai. Une action qui traduit un ras-le-bol. Il réclame, entre autres, l’arrêt de la souffrance au travail et le remplacement de toutes les formes d’absentéisme.

«Les personnels sont épuisés, fatigués, décidés à entrer dans l’action.» C’est ce qui résulte des assemblées générales de sites (1) organisées par la CGT «pour prendre la température», selon les termes de Christian Dutrey, délégué syndical. Il annonce qu’un préavis de grève a été déposé pour la journée du jeudi 16 mai. Une façon d’exprimer «un ras-le-bol, de dire stop.»

Un tract, distribué, hier, dans l’établissement, égrène un certain nombre de revendications. Au premier rang desquelles figure le remplacement de toutes les formes d’absentéisme. «Personne n’est remplacé, souligne la CGT. Les services travaillent en flux tendu.»

Elle réclame, d’autre part, l’arrêt des suppressions d’emploi et de la précarité : «On parle d’une bonne dizaine d’emplois pour 2 013, mais 300 emplois ont été perdus sur les 5 dernières années.» Est également demandé l’abandon de la notion de mérite pour les avancements (ou autre). «Car, il n’y a rien de plus subjectif», estime le syndicat. Qui veut qu’une politique sociale soit mise en place. Et rappelle : «Il y a entre 180 et 200 contractuels. C’est la partie la plus fragilisée du personnel. On demande leur embauche rapide».

«Service minimum en permanence»

Puis de dénoncer la souffrance au travail qui résulterait, entre autres, du fait «des cadres qui sont incapables de faire leur planning car les personnels sont rappelés sur leurs jours de repos».

Enfin, le dernier point concerne le droit du travail. «Par moments, explique Christian Dutrey, du fait d’un manque de personnels, on constate des entorses à la réglementation : non-respect du repos dominical et journées consécutives de travail dépassant les bornes. Ces maux n’épargnent personne, selon ce représentant : administratif, logistique et soignants. Ce qui fait dire au délégué CGT que l’établissement «fonctionne tout le temps en service minimum». Le syndicat promet donc de saisir l’ARS, les parlementaires et le conseil de surveillance. «Rien n’avance, il faut passer à la vitesse supérieure, exhorte-t-il. Si la CFDT et FO nous rejoignent, on les accueillera bien volontiers.» Contactée, hier matin par nos soins, la direction souhaite se donner du temps pour réagir.

(1) Tarbes, Ayguerote, Vic, Lourdes.

Lien Permanent pour cet article : http://www.cgtchmontauban.info/tarbes-la-fievre-monte-a-lhopital/

Laisser un commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte

Pin It on Pinterest

Vous avez trouvé cet article intéressant? Partagez le

Shares