Sep 24 2014

Valls à Toulouse, la Cgt se fera entendre!

Après les promesses de printemps faites au MEDEF, l’ovation de sa politique de misère à l’université
d’été patronale, Manuel Valls a choisi Toulouse, les 9 et 10 octobre, pour décliner son pacte
d’austérité.
Profitant du congrès de l’Association des Régions de France (ARF), le 1er ministre vient confirmer aux
élus régionaux ses orientations en matière de réforme territoriale. Regroupement des régions,
nouvelles intercommunalités, transferts de compétence et mise en concurrence des territoires sont
au menu. Les conséquences pour les populations et les salariés seraient terribles, elles se
caractériseraient principalement par :
1) L’institutionnalisation de la mise en concurrence des normes et des droits des salariés
entre territoires. C’est tout l’édifice homogène et national du droit du travail qui serait
détruit, y compris la protection sociale
2) L’abandon accru de la présence des services publics et la réduction drastique des
services et administrations de l’Etat, notamment l’échelon départemental et régional.
3) La suppression d’échelons démocratiques de proximité et le renvoi des décisions à
d’obscures instances de plus en plus éloignées des citoyens.
4) La mise en oeuvre d’un vaste plan social permettant la suppression de milliers d’emplois
publics locaux et à terme de nouveaux déserts territoriaux.
5) La mise des collectivités locales sous tutelle complète des grands groupes privés
notamment du BTP et des sociétés de services
Une politique anti sociale et anti économique.
Cette réforme participe à la baisse de 50 milliards des dépenses publiques votées par l’assemblée
nationale. Diminuer les dépenses publiques utiles, racketter par l’impôt le contribuable, non pas pour
diminuer le déficit public (il reste sensiblement constant d’une année sur l’autre) mais pour exonérer
le patronat de toute contribution sociale : telle est la politique économique de Hollande et Valls. Elle
entraîne le pays dans le chômage de masse, la récession et la misère : elle est tout entière au service
des rentiers et nantis. Preuve supplémentaire : l’affirmation du président d’inscrire dans la
constitution le rôle du dialogue social et la place des grandes organisations représentatives s’est
transformée, sur injonction du Medef, en remise en cause des seuils sociaux privant ainsi des millions
de salariés de toute représentativité. Les salariés qui défendent leurs emplois et l’entreprise, leurs
services publics ou leurs conventions collectives sont, au moindre conflit et systématiquement,
dénigrés comme l’ont clairement montré les campagnes médiatiques orchestrées par le
gouvernement vis-à-vis par exemple des cheminots ou des intermittents du spectacle. Plus
globalement, c’est toute expression sociale qu’entend étouffer le gouvernement. Une telle politique
de mépris des citoyens ne peut que renforcer l’incompréhension, le désarroi et l’exaspération. En
fermant la porte à toute perspective sociale, comme l’avait fait Sarkozy, il permet au Front National
de prospérer sur la misère.
Des alternatives existent : elles passent par l’intervention, des salariées Relancer le
pourvoir d’achat!
Les dividendes ont augmenté de 30% en 2013. Quel scandale en pleine crise ! Pour un autre partage
des richesses, il y a urgence à revaloriser les minima sociaux, les pensions et les salaires afin d’assurer
une véritable justice sociale.
Le SMIC doit immédiatement être porté à 1700 € et des négociations salariales doivent s’ouvrir dans
toutes les branches professionnelles.
Relancer l’emploi partout !
Redonner du pouvoir d’achat contribue aussi à mettre fin au chômage de masse entretenu par les
politiques d’austérité. Face à une économie qui stagne, la relance par la consommation contribue
positivement à l’activité. L’investissement dynamique dans la recherche, la formation, l’éducation, la
santé, les infrastructures est indispensable pour relancer l’emploi et éviter la spirale déflationniste.
Il faut mobiliser l’ensemble des moyens financiers publics et réformer en profondeur le système
bancaire pour en prendre le contrôle.
Il faut conditionner toute aide aux entreprises au respect de critères précis en termes d’emploi, de
salaire, d’égalité professionnelle femmes/hommes.
La protection sociale !
Alors que de plus en plus d’assurés sociaux renoncent à des soins nécessaires, que les personnels
hospitaliers croulent sous les tâches du fait de l’ampleur des sous-effectifs, le gouvernement entend
donner un nouveau tour de vis en 2015. Sans aucun état d’âme, il amplifie les politiques de
rationnement. Ainsi pour 2015, la non revalorisation des prestations familiales, des pensions
d’invalidité et des rentes accidents du travail-maladies professionnelles devraient s’ajouter aux
restrictions déjà décidées.
Pour toutes ces raisons et bien d’autres encore:
Le 9 octobre toutes et tous agissons!

SALAIRES, PENSIONS, EMPLOI, SERVICES PUBLICS, PROTECTION SOCIALE!
STOP A L’AUSTERITE !
Valls à Toulouse, la CGT se fera entendre !!
Public/Privé, appel à toutes les organisations CGT
du Tarn et Garonne
Le 9 octobre toutes et tous agissons!
SALAIRES, PENSIONS, EMPLOI, SERVICES PUBLICS, PROTECTION SOCIALE
Rassemblement à partir de 10h
Centre des congrès Pierre Baudis
STOP A L’AUSTERITE !
Inscrivez- vous à l’UD OU AU LOCAL SYNDICAL
Inscriptions pour le bus départ 8h Eurythmie, retour vers 16h.

Lien Permanent pour cet article : http://www.cgtchmontauban.info/valls-a-toulouse-la-cgt-se-fera-entendre/

Laisser un commentaire

Inscrivez vous à notre newsletter

Pour recevoir nos derniers tracts et articles

bravo votre inscription est prise en compte

Pin It on Pinterest

Vous avez trouvé cet article intéressant? Partagez le

Shares